Des lobbies et des hommes

Si les lobbies n’ont pas la même vigueur aux Etats-Unis qu’en France, ils existent tout autant. Et quoi de mieux qu’une course à l’Elysée pour glisser quelques recommandations, conseils, propositions moyennant quelque contrepartie ? Nos hommes politiques l’ont bien compris : s’attirer les faveurs d’associations, c’est s’apporter des voix en plus à son compteur. Preuve en est : nombreux sont les candidats attirés lors des grands raouts opportunément organisés dans les dernières semaines de campagne. Illustrations.

Dernier exemple en date, la FNSEA qui tenait sa convention hier à Montpellier a vu défiler sur sa scène pas moins de sept candidats à la Présidence , dont les deux favoris, François Hollande et Nicolas Sarkozy. A l’invitation du monde agricole, tous sont venus exposer leurs propositions sur ce secteur supposé « stratégique » pour la France. Vingt-deux organisations agricoles participent à ce congrès national de la FNSEA. Un vrai lieu de rencontre entre professionnels et levier d’influence en pleine période électorale. Xavier Beulin et son puissant syndicat ont réussi une belle performance : faire venir 7 des 10 candidats à l’élection présidentielle. Un record. A tel point que l’organisation est devenue compliquée, d’après un des organisateurs, dans Midi Libre :

D’habitude, pour nos congrès, on gère un président de la République, un ministre. C’est de l’enfantillage par rapport à ce qu’on vit là

Lors d’un tel raout, l’organisation doit être millimétrée. Chaque candidat a eu le droit  à quinze minutes de discours et dix minutes de questions posées par les organisations syndicales. Pour les passages, l’ordre alphabétique a primé et François Bayrou a donc été le premier à la barre.

Si la FNSEA reste une exception et un record, beaucoup d’autres organismes ont vu des candidats défiler sur ses planches. Deuxième exemple : à Montreuil, fin janvier dernier, s’organise « France Nature Environnement », l’importante fédération d’associations écologiques. La encore,  quatre des actuels candidats ont passé le grand oral accompagnés par trois « petits », qui guignaient alors une investiture. L’occasion pour chacun des prétendants à l’Elysée de parler écologie, objectif de la fédération : obliger les candidats à prendre position sur ces sujets. Pendant quinze minutes, François Bayrou, François Hollande, Eva Joly, Corinne Lepage, Jean-Luc Mélenchon, Hervé Morin et Dominique de Villepin ont expliqué leurs priorités environnementales.

On continue ?  la FCPE a regroupé à Paris pas moins de six candidats à l’élection présidentielle. Certains sont venus en personne, d’autres ont envoyé leurs représentants. La première fédération de parents d’élèves a mis les prétendants à l’Elysée face aux « 12 exigences pour l’Ecole » qu’elle porte à l’occasion de ce rendez-vous électoral.Plutôt classée à gauche, l’organisation a reçu François Hollande, Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly et Philippe Poutou ainsi que des représentants de Nicolas Sarkozy et de François Bayrou.

Mercredi 7 mars à la Cigale se tenait un autre évènement. Autre réunion publique, autre combat : cette fois c’est le collectif Féministes en Mouvenement qui avait invité les candidats à la présidence à discuter autour du sujet du féminisme. François Hollande, Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly, et Philippe Poutou était présent. Les absents, comme Nicolas Sarkozy, ont été copieusement sifflés.

Faire du lobbying pour les quartiers est plus difficile. Pour cela, ACLEFEU a investi un hôtel particulier du 4e arrondissement de Paris, afin d’y établir un « ministère de la crise des banlieues ». Si François Bayou, Maurice Leroy ou Yazid Sabeg ont pris position, seul François Hollande s’était déplacé.

Le lobbying est bel est bien existant en France. Il est l’occasion pour certaines organisations de faire pression sur les candidats pour qu’ils prennent position et s’expriment sur des sujets précis. Et quelle aubaine pour celles-ci que l’élection présidentielle ! Chaque voix compte, chaque soutien sera peut-être déterminant et décisif.  Les organismes le savent bien et les politiques leur rendent bien. Un casse-tête demeure : faire en sorte que les candidats ne se croisent pas, comme certains l’ont demandé.

Jordan Allouche

(crédit illustration : l’internaute)

Tags:, , , , , , , , , ,

Autoproclamé "meilleur d'entre nous". Et si j'étais jaloux de M.Juppé ?
A lire aussi :

Pas de commentaires encore.

Laissez une réponse