Quelle vérité sur l’immigration ?

J’aimerais lever un coin du voile sur l’un des thèmes de campagne les plus médiatisés et surtout les plus infamants selon moi de cette présidentielle : l’immigration. Face au matraquage actuel des mensonges et autres  imprécisions, il apparaît urgent de rétablir les faits sur un certain nombre de points statistiques…

(coup de gueule)

Une question de bénéfices/ coûts

Dire que, par exemple, « toute la misère du monde rêve de venir en France » est un constat erroné. Les êtres humains bougent relativement peu. 86% n’ont jamais quitté leur foyer. Parmi ceux qui se déplacent, 66% partent d’un pays en développement pour aller dans un autre pays en développement. Et surtout, 1 migrant sur 4 qui arrive en France est diplômé de l’enseignement supérieur, pour travailler dans l’industrie, la recherche ou dans le développement de nos entreprises. A l’heure où tous les candidats souhaitent revaloriser la recherche le développement, peut-on se passer de ceux-là ? La réponse est non.

Toujours sur ce volet économique, dire que « les immigrés coûtent cher à la collectivité » est encore un constat erroné. Le taux d’activité professionnelle des immigrés est de 78% pour les hommes alors qu’il est de 74% pour les hommes non-immigrés. Autrement dit : les hommes immigrés travaillent plus que ceux qui ne le sont pas. Je vais même aller plus loin : la majorité d’entre eux sont déclarés en CDI, CDD ou intérim renouvelé et paient donc des cotisations sociales, des taxes et impôts, ce qui représente environ 2 milliards d’euros chaque année dans les caisses de l’Etat. Et en contrepartie ? Que touchent-ils ? Rien. Pas un seul euro, pas une allocation. Tout simplement parce qu’aucune démarche ne peut-être faite sans titre de séjour.

La population immigrée en chiffres

Autre exemple, en 2008, la France comptait 5,3 millions d’immigrés, qui représentaient 5,7% de la population française. En 1931, la France c’est 2,7 millions d’immigrés sur notre territoire soit 6,6% de la population. Dire qu’il y a plus d’immigrés « aujourd’hui » proportionnellement à la population française « d’avant » est donc encore une fois. La manipulation consiste à faire croire qu’on distribue chaque année un grand volume de titres de séjour en vertu des lois de l’hospitalité. Si cela était aussi juste, et que l’immigration causait tant de maux, pourquoi diable en dix ans d’exercice des responsabilités par Nicolas Sarkozy (au ministère de l’Intérieur puis en tant que chef de l’Etat) n’a-t-on pas fermé ce robinet ?

L’approche de campagne de Nicolas Sarkozy est donc celle d’instrumentaliser le thème des migrants afin de générer un état d’angoisse collective, et ainsi, avec les dents, récupérer tout ou partie de l’électorat du Front national. Quant à François Hollande, qui n’est pas en reste, sa préoccupation première est de lutter contre l’immigration clandestine. Il s’arrête là. Pourquoi ne pas parler de l’immigration comme solution ou facteur de dynamisme? Il serait temps de reconnaître que l’immigration peut être bénéfique pour notre pays, tant sur le plan financier que sur un plan culturel et collectif.

A ce sujet, la député européenne Europe écologie-Les Verts, Hélène Flautre, a publié ces trois vidéos :

Sous forme de dessins animés

1. Les pays riches… et toute la misère du monde

2. Les migrants… et les caisses de l’Etat

3. L’Europe et la France… terres d’asile ?


Jordan Allouche

En savoir plus

Document .pdf (source Ministère) : Code français de l’entrée et séjour des étrangers

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

Autoproclamé "meilleur d'entre nous". Et si j'étais jaloux de M.Juppé ?

5 Responses to “Quelle vérité sur l’immigration ?” Subscribe

  1. jean valjean 27 avril 2012 at 16 h 10 min #

    Infamant, je ne sais pas si on peut dire que c’est le bon mot si presqu’un électeur sur cinq considère que c’est un sujet-clé de la campagne, au minimum ; donc un vrai sujet devant lequel on ne peut se défiler (cf François Hollande hier) ;

    sinon, pour le constat général de l’article rien à redire avec les conclusions, l’immigration est effectivement, AUSSI (en plus d’un vrai sujet de campagne donc) une chance pour l’économie française, notamment pour le paiement des retraites déjà.

    petite faille dans l’argumentation ici ? :
    « 1 migrant sur 4 qui arrive en France est diplômé de l’enseignement supérieur, pour travailler dans l’industrie, la recherche ou dans le développement de nos entreprises » > rien n’est dit sur les « 3 autres sur 4″ ?

    voili voila

  2. vincent 2 mai 2012 at 22 h 45 min #

    ça me fait plaisir de lire ces propos rafraichissants, mais quant au chiffres, il faut être rigoureux pour être crédible.
    si 5.3 millions de personnes font 5.7% de la population, nous serions 93 millions en France! or nous sommes 65 millions!
    dommage de gâcher un si bel argumentaire, car un chiffre erroné entache tout les autres de discrédit .
    amicalement.

  3. MichelAnge 5 mai 2012 at 4 h 32 min #

    Excellent blog, mais là un article un peu leger et très demago, la vie est belle, tout va bien, l’immigration est une chance!

    Pourquoi alors ne pas en accueillir 10 chez vous pour montrer l’exemple..?

    Vous me répondrez que votre appartement n’est pas assez grand, que vos moyens financiers ne vous le permettent pas, et c’est exactement ce qui se passe en France.

    Sur ces 10 personnes seules 3 personnes travailleraient pour vous aider financièrement, les 7 autres seraient à entretenir, 4 ne comprendraient pas le français et ne s’intègreraient pas à la vie de votre appart, 5 essayeraient de vous convaincre que leur religion est meilleure que la votre et parasiteraient vos habitudes (nourriture, lieu de culte),, etc etc…

    Ce schéma rendra vos finances exangues en moins d’une génération et augmentera votre tension nerveuse…

    Comment pouvez-vous affirmer qu’ils ne touchent pas d’aides car ils travaillent..? C’est aberrant!

    Et la prime pour l’emploi..? Et leur femmes déclarées en mère isolées..? Et la CAF qui verse des milliers d’euros mensuels immédiatement transférés dans leur pays d’origines pendant que leur 3, 4, 5, 6 enfants sont dans la rue ..? Les exemples concrets sont légions, rendez-vous a la CAF et vous serez choqué des montants.

    Pourtant, l’immigration n’est pas un problème en soi pour les français, historiquement accueillants, c’est la gestion de l’integration qui les exaspèrent.

    On n’intègre pas de la même façons 10 étrangers et 100 étrangers, surtout quand ils sont majoritairement issus d’Afrique avec une culture et une religion musulmane quoi qu’en en dise prosélyte, sexiste, et intolérante, diamétralement opposées à la culture catho-laïque occidentale (qui n’est pas non plus la panacée mais qui a le mérite de respecter les droits de chacun)

    Ceci étant dis, l’intelligence c’est de débattre, et le mot immigration ne doit plus être diabolisé, afin de réfléchir ensemble aux solution pour intégrer au mieux l’integration des français issus de l’immigration.

    I have a dream….

  4. drako2501 7 mai 2012 at 22 h 03 min #

    bonsoir,
    la France = terre d’accueil, pour moi c’est ok
    mais qui d’autre?
    vu les revenus de mon foyer, je suis artisan et c’est ma femme qui nous nourri alors non merci pour donner

    Mon carnet de commande est plein mes bilans sont bons,
    les charges tombent et augmentent. Pour y arriver je dois augmenter mon tarif horaire et bien sur mes fournisseurs augmentent eux aussi leur tarifs bref ce sera toujours les consommateurs qui trinquent

    alors désolé mais pas la peine de laisser les immigrés venir chez nous pour en faire des assistés alors qu’ils sont venus pour travailler
    se serait leur gacher leur vie

  5. adena 28 juin 2012 at 0 h 07 min #

    article empreint de démagogie si bien que cela porte à sourire :

    vous dites : « Le taux d’activité professionnelle des immigrés est de 78% pour les hommes alors qu’il est de 74% pour les hommes non-immigrés »
    -> assertion fausse (ou alors vous parlez de la seule immigration illégale et je serai curieux de connaitre la source)

    chiffres insee (lien : http://www.insee.fr/fr/ffc/tef/tef2012/T12F037/T12F037.pdf) : taux de chomage immigrés hors Union européenne de 20% (hommes) et 27 % (femmes) contre 9% pour les nationaux.
    En cause sans doute le niveau de qualification moindre des immigrés par rapport aux français dans une économie nationale qui du fait de son ouverture plus prononcée au commerce international qu’auparavant a tendance à délocaliser une partie importante de ses emplois peu ou pas qualifiés. Par conséquent, contrairement à ce que vous affirmez, l’immigration représente un surcout social au niveau des régimes d’assurance-chômage puisqu’elle ne répond pas un réel besoin économique.

    vous dites : « en 2008, la France comptait 5,3 millions d’immigrés, qui représentaient 5,7% de la population française. En 1931, la France c’est 2,7 millions d’immigrés sur notre territoire soit 6,6% de la population »
    -> assertion incomplète

    Dans les statistiques, un immigré le restera tout au long de sa vie s’il conserve sa nationalité étrangère. S’il effectue des démarches pour être naturalisé, il viendra par contre statistiquement diminuer le nombre d’immigrés alors même qu’il sera peut-être toujours « perçu » comme immigré par une partie de la population. Le rythme actuel des naturalisations est d’environ 135 000 par an il semble (voir doc insee lien plus haut). Il serait intéressant de voir si en 1931, le rythme des naturalisations était plus ou moins soutenu qu’aujourd’hui, cela permettrait de rendre compte de façon cohérente et moins biaisée de l’intensité de l’immigration telle que ressentie. Je pense que vous ne pouvez qu’être d’accord, non ? Si la politique d’immigration consistait non pas à délivrer un titre de séjour mais à accorder automatiquement la nationalité française à tout migrant, estimeriez-vous alors qu’il n’y a pas d’immigration en France ?

    Vous pouvez tout à fait soutenir l’immigration dans un esprit de solidarité avec les migrants et leurs pays d’origine mais dans ce cas cantonnez vous à ce type d’arguments et n’allez pas torturer des faits économiques pour essayer de démontrer que l’immigration actuelle (de par ses composantes socio-démographiques) a un impact positif pour le pays : ce serait plutôt le contraire en fait… au point de vue économique, en situation de sous-emploi (comme c’est le cas depuis 1975), le parfait migrant c’est le touriste riche qui vient dépenser de l’argent dans votre pays et y engendrer de l’activité, pas le travailleur pauvre qui cherche à s’intégrer dans le circuit économique. En situation de plein emploi, la donne peu être par contre différente…

Leave a Reply