Criteo, l’autre Révolution Française

« Think Big Bitch »

Evénement trop rare dans l’entrepreneuriat français pour ne pas être souligné. Mercredi 30 novembre 2013, Criteo a fait une entrée remarquée au Nasdaq. Véritable révolution numérique et économique, après seulement une heure de cotation, cette start-up voit son titre augmenter de 33% passant alors à 41,26 dollars.

Quel est l’itinéraire de cet start-up franco-française montée par trois ingénieurs en 2005, pesant désormais près de 400 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel pour un effectif de 700 salariés, 16 bureaux à travers le monde, et travaillant pour 4200 clients dans 37 pays ?

L’aventure Criteo débute en 2003 lorsque Romain Niccoli (titulaire d’un master d’informatique de l’Ecole des Mines de Paris) rencontre Franck le Ouay (diplômé d’un master de mathématiques de la même prestigieuse école) sur le sol américain. C’est alors en 2004, au sein de l’incubateur Agoranov que le trio se forme, Jean-Baptiste Rudelle (diplômé de Supelec) les rejoignant.

Montée en 2005 par ces trois ingénieurs, Criteo a su inventer et développer son marché avec le off-site retargeting. Ce « reciblage » publicitaire hors-site permet, en utilisant les cookies, de suivre les visites et articles consultés d’un internaute sur un site de e-commerce. Si le commerçant est un client de Criteo, l’internaute verra son navigateur lui proposer ces mêmes articles dans les espaces publicitaires. La précision des suggestions, obtenue par la création de leur propre algorithme, permet alors de vendre des espaces publicitaires.

Séduit par ce business model innovant, Idinvest Partners et Index Venture entrent au capital de l’entreprise entre 2005 et 2008, malgré un chiffre d’affaires faible. Entre 2009 et 2010, il est multiplié par 10. Ses partenaires le poussent alors à se développer à l’international. Déjà implantée en Europe, celle-ci s’établit dans la Silicon Valley. L’histoire ne s’arrête pas là, puisqu’en juillet 2011, Criteo recrute Greg Coleman (ancien Vice-président directeur des ventes mondiales de Yahoo!) et fin 2012, opère une levée de fond records de 30 millions d’euros notamment auprès de Yahoo! Japan.

« Le Nasdaq c’est la voie royale » Stephane Distinguin

L’introduction au Nasdaq, haut lieu médiatisé sur lequel les yeux des principaux investisseurs sont rivés, est alors cruciale. Cependant, son accession semble relever du miracle pour une entreprise française. Il faudrait, en effet, afficher une croissance de 50% à 100% pendant plusieurs années et avoir une ouverture internationale. Innovante, focalisée sur la recherche et le développement, la croissance de l’entreprise créée en 2005 est impressionnante. En 2010, ses revenus atteignent 65 millions d’euros et culminent à 194 millions au premier semestre 2013 (23,8 millions d’euros de recettes en Amérique, 107,7 millions dans la zone Europe-Moyen-Orient-Afrique et 32,6 millions en Asie-Pacifique).

En plus de faire partie des rares entreprises cotées, Criteo est la première entreprise française à intégrer le Nasdaq depuis Business Objects en 1994 et deux biotech dans les années 1990. Cette entrée en bourse marque donc un événement dans le petit monde français trop peu représenté du numérique.

Alors que le principe du Display (bannières de publicités) représente un marché mondial de 21 milliard de dollars en 2012 d’après eMarket, Criteo viserait 251 millions de dollars au Nasdaq.

Il reste alors un dernier défi : le mobile, sur lequel les techniques de publicités sont différentes. En juillet 2013, Criteo annonce alors l’acquisition de Ad-X Tracking, start-up spécialisée dans le domaine. L’entreprise a de beaux jours devant elle !

 

Money, cars, guns, hoes : what else ?

Idée de génie tu auras
Nouveau métier tu inventeras ;

Bien entouré tu seras
Potes de soirées tu oublieras ;

Silicon Valley, lieu où tu t’implanteras
Festival Coachella, lieu où tu disparaîtras ;

Bref, avoir du talent, des couilles et de la chatte.

« THINK BIG BITCH »

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Au sujet de La rédaction de Politique.com

Lire tous les articles de La rédaction de Politique.com

Aucun commentaire actuellement

Laisser un commentaire