Enjeux et inconnues de cette présidentielle

Enjeux et inconnues de cette présidentielle

Si un duel François Hollande / Nicolas Sarkozy semble inévitable au second tour, plusieurs facteurs difficiles à appréhender pourraient faire changer les choses. Et si tel était bien le cas, qu’est-ce qui pourrait faire pencher la balance d’un côté ou d’un autre ? Politique.com lève pour vous le voile sur les cinq principaux enjeux de cette campagne présidentielle. Des enjeux d’une importance capitale pour aujourd’hui… et demain.

  • Premier enjeu de cette campagne présidentielle, l’abstention. On en parlait il y a quelques jours dans cet article, l’abstention avait sans doute fait perdre Lionel Jospin (28,4%), considéré pourtant comme grand favori des sondages pendant des mois. Aujourd’hui, un sondage réalisé le 1er avril dernier laisse présager du pire : 32 % des électeurs ne comptent pas se déplacer ! Les chiffres sont peut être sous-estimés, les personnes interrogées ayant un peu honte d’avouer leur manque de civisme. Mais qu’on se le dise : l’abstention n’est pas seulement un mal pour la gauche ou pour la droite « classiques » mais pour la Démocratie ! Ne pas aller voter, c’est laisser les autres choisir. Les Français en ont-ils envie ? Réponse le 22 avril prochain.
  • Deuxième enjeu : le vote des jeunes (A lire dans cet article). Avoir la jeunesse de son côté, c’est un gage de vitalité, de force et de projection dans l’avenir. A ce petit jeu, le FN est en tête. Un jeune sur quatre compte voter Marine le Pen. Derrière elle, Jean-Luc Mélenchon, François Hollande et Nicolas Sarkozy. Un vote d’autant plus important, que traditionnellement l’abstention est souvent liée aux jeunes qui ne se déplacent pas aux urnes. Un argument qui rejoint le premier point évoqué.
  • Troisième enjeu, comme en 2007, les recommandations de François Bayrou pour « l’après-premier tour ». C’est en quelque sorte le « hors-concours à qui beaucoup font la cour ». La droite et la gauche le savent : c’est un des rares qui peut véritablement faire pencher la balance électorale d’un côté ou d’un autre. Par conviction, les électeurs du Front de gauche voteront en grande partie François Hollande au second tour (si présent au second tour bien entendu) alors qu’ à l’extrême-droite, malgré un vif rejet du sarkozysme,  les frontistes auront tendance à se rallier à l’UMP. Même avec 10% des votes, Francois Bayrou pourrait bien avoir un rôle crucial à jouer dans une élection présidentielle aussi serrée. Fera-t-il comme en 2007 ou il n’avait pas donné de consignes de votes ?
  • Quatrième enjeu : la force des deux extrêmes, Front de gauche et Front national. Un duel dans le duel. Celui que se disputent Marine le pen et Jean-Luc Mélenchon pour décrocher la troisième place. Celui qui le remportera permettra, grâce au mécanisme constaté de report des voix, de donner soit à Nicolas Sarkozy ou à Francois Hollande une chance supplémentaire de vaincre. Cela peut changer la donne : avec un FN fort, Nicolas Sarkozy aurait davantage de chances d’être élu, a contrario, une extrême-gauche puissante, pourrait favoriser le candidat socialiste.
  • Cinquième et dernier enjeu : décrocher le Graal de la première place au premier tour. Mathématiquement (d’après les instituts de sondage), avec le report des voix, la gauche est plus « puissante » que la droite au second tour. D’où l’importance d’arriver pour Nicolas Sarkozy bien devant les autres au premier. Surtout quand on connaît l’intérêt que portent les Français pour l’emploi, thème privilégié de cette campagne et les prochaines perspectives en la matière « assez moyennes » pour ne pas dire plus. Triple enjeu donc pour Nicolas Sarkozy : arriver en tête du premier tour, présenter des chiffres du chômage en baisse et séduire un grand nombre d’électeurs potentiels du Front national (certes « à droite », mais engoncés dans un « anti-sarkozysme » exacerbé. Marine Le Pen, elle, ne donnera certainement aucune consigne de vote.

Si la médiasphère prédit pour l’instant un second tour Sarkozy versus Hollande avec à la clef une victoire du candidat socialiste, une seule chose est certaine dans cette élection présidentielle : rien n’est joué. Toutes les options restent possibles.

Les enjeux de la Présidentielle selon Eric Zemmour

Jordan Allouche

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Autoproclamé "meilleur d'entre nous". Et si j'étais jaloux de M.Juppé ?

No comments yet.

Leave a Reply