Eva Joly et Marine le Pen. Et si elles se ressemblaient ?

Souvent opposées, notamment dans l’épineuse affaire du défilé du 14 juillet voulu par Marine Le Pen que Madame Joly avait proposé de supprimer, les deux femmes sont pourtant loin d’être si différentes. Sœurs ennemies ? Peut-être. Mais certaines de leurs caractéristiques convergent d’un point de vue politique, social et même personnel. Explications.

Le premier point commun c’est leur sentiment réciproque : les deux femmes se détestent. A tel point que mardi, quand l’une évoquait la « francophobie » de l’autre, cette dernière n’a pas tardé une seule seconde avant de répliquer sèchement. Eva Joly s’est déclarée prête, mercredi, au micro d’Europe 1 à débattre avec Marine le Pen pour voir « qui aime vraiment la France » et d’ajouter que « Face à la crise, l’agressivité et la haine de Marine Le Pen ne servent à rien, » avant d’enterrer définitivement le clou avec cette joute verbale « elle (Marine le Pen ) ferait mieux de travailler ses programmes ». Balle renvoyée et mieux encore : point encaissé.

Au-delà du simple sentiment délétère qui unit les deux femmes,  aussi étrange que cela puisse paraître, des similitudes existent dans leurs programmes présidentiels respectifs. Par exemple, l’une comme l’autre sont pour un retour à la retraite à 60 ans. La candidate frontiste l’avait déclaré sur le plateau d’ « A vous de juger » à l’automne 2010. Marine Le Pen, en marge d’une interview sur RMC le 3 juin 2010, voulait même offrir à Martine Aubry pour ses 60 ans le droit à « partir à la retraite ». Le sens de la formule qui cachait derrière ses apparats une vraie proposition politique. Quant à l’écologiste, dans une collaboration étroite avec le Parti socialiste, elle le prévoit dans son programme d’EELV validé le 18 décembre dernier.

Autre exemple, autre symétrie. Ce n’est une surprise pour personne,  Eva Joly est pour la sortie du nucléaire en France en 20 à 25 ans. On le sait moins, mais Marine Le Pen aussi se méfie de l’énergie nucléaire. Dans une interview donnée sur BFM en novembre 2011, la candidate FN, longtemps pro-nucléaire, a fait part de son objectif de sortie « raisonnée » du nucléaire, énergie qu’elle considère « dangereuse ».


Sur un registre plus léger, les deux femmes portent aujourd’hui un autre prénom que celui qui leur avait été donné à la naissance. Marine Le Pen est née Marion Anne Perrine, comme l’explique son père dans l’Express en mars. Eva n’est que le deuxième prénom d’Eva Joly, née Gro Eva Farseth en Norvège, comme nous l’apprend ce portrait de la candidate écologiste paru dans Rue89.

Cela devient troublant ? Continuons.  Saviez-vous que les deux adversaires sur le terrain politique avait la même coutume vestimentaire ? La récup’ ! Le père d’Eva Joly était tailleur, et il lui a transmis le gout des « belles étoffes » révèle Rue89 dans « les douze trucs à savoir » sur la candidate écolo. Il arrive à la candidate écologiste de confectionner elle-même ses habits et « adore fouiner ». Tout comme Marine Le Pen, qui apprécie les magasins d’usine où elle dégote des pièces à bas prix, selon Paris Match. Elle apprécie plus particulièrement les marques italiennes.

Nous nous arrêterons là. Certes, les derniers arguments sont désuets voire capillotractés. Mais qu’importe : ils existent. Preuve en est qu’adversité politique ne signifie pas toujours dissemblances affirmées.  Et comme l’affirme ce vieil adage entré dans la sagesse populaire « Qui se ressemble s’assemble », pourrait-on voire un jour une alliance FN-EELV ? Rien n’est moins certain…

Jordan Allouche

Tags: , , , , , , , , , , , ,

Autoproclamé "meilleur d'entre nous". Et si j'étais jaloux de M.Juppé ?

Aucun commentaire actuellement

Laisser un commentaire