François Hollande veut devenir Champion de France

François Hollande veut devenir Champion de France

Le candidat socialiste tenait un meeting ce samedi 11 février au Palais des Sports de Créteil (Val-de-Marne). Au programme : un discours et ses propositions concernant le sport. Un thème qui semble avoir inspiré François Hollande.

Le sport occupe désormais une place dans le débat présidentiel. François Hollande, en centrant son intervention sur le sport, a innové : aucun candidat n’avait jamais consacré un meeting complet sur cet axe. Quelques responsables socialistes et personnalités telles Pape Diouf ou Vikash Dhorasoo sont venus témoigner leur soutien à François Hollande. Et le choix du lieu n’était pas anodin : Créteil, préfecture du Val-de-Marne, est l’une des villes les plus dynamiques de la région tant dans le domaine associatif que sportif. Devant 1.000 personnes, le député de la Corrèze a rappelé que c’est à Créteil, le 24 janvier 1981, que François Mitterrand fut investi candidat à l’élection présidentielle pour le compte du Parti socialiste. Une ville symbolique pour le favori actuel des sondages.

Et un thème qui lui a permis de faire de nombreux parallèles avec le monde politique : « le sport rassemble, comme je veux rassembler les Français« . Avec humour et émotion, François Hollande raconte quelques moments de sport qui l’ont marqué. « Je me souviens, étant un grand fan de football, de la Coupe du Monde 1982. J’y ai vu le plus beau match de ma vie : France-Allemagne, en demi-finales« . Mais les spécialistes se rappelleront que l’issue du match ne fût pas en faveur de la France. François Hollande s’en souvient aussi : « Il y a certaines défaites qui se font avec les honneurs. Et ce sont ce genre de défaites qui nous ont permis de remporter la Coupe du Monde 1998.« 

Le candidat n’en oublie pas l’échéance présidentielle. « Ce sont les défaites de 1995, 2002 et 2007 qui nous permettront, je l’espère, de gagner cette année« . François Hollande en revient donc à la question politique, et établit un bilan catastrophique de la politique sportive de Nicolas Sarkozy. « En 5 ans, il y a eu cinq ministres des Sports différents. C’est dire leurs compétences ! Le budget de l’Etat alloué au sport s’élève à 260 millions d’euros, soit 0,15% du budget annuel total. De plus, sur cette même période, 3.000 postes d’enseignants d’Education physique ont été supprimés. Même en temps de crise, le sport doit rester une priorité« . Car le candidat socialiste identifie plusieurs vertus dans le sport : il améliore la qualité de vie et la santé des Français, il permet les rencontres et les échanges entre les hommes et les territoires, et il rassemble, sans tenir compte des origines sociales, ethniques ou religieuses. Et les priorités proclamées de François Hollande s’articulent autour de ces valeurs.

Lutter contre les inégalités dans le sport

Dans son discours, François Hollande a évoqué trois grands axes, trois grandes « priorités ». La première, et peut-être la plus importante, « garantir à tous l’accessibilité au sport ». Aux jeunes bien sûr,  qu’il place parmi ceux qui doivent y accéder en premier lieu mais également à tous ceux qui souffrent d’inégalités sociales répercutées aussi dans le monde du sport. Le député de la Corrèze s’adresse ainsi aux femmes, à qui il promet des quotas dans la retransmission télévisuelle des matchs, aux handicapés et aux disciplines considérées comme « mineures ». Concernant le sport amateur, trop longtemps relayé au second plan loin derrière les professionnels, François Hollande promet de créer des « leviers » avec « le monde du pro ». Pour permettre l’accessibilité du sport pour tous, le candidat orientera ainsi une partie de ses controversés « 60.000 nouveaux fonctionnaires » vers l’enseignement physique et sportive.  Applaudissements dans la salle, foule en délire.

Sa deuxième priorité c’est agir via le sport dans le domaine de la santé. 19% des enfants de France sont obèses. L’obésité est devenue un fléau social, François Hollande le sait bien. Un programme de prévention obligatoire et des visites médicales régulières et gratuites pour tous les licenciés et jeunes sportifs seront mis en place si François Hollande devait obtenir son ticket pour l’Elysée en mai prochain. Le dopage également est l’une de ses cibles : il promet de créer une agence mondiale de lutte contre toutes formes d’addictions.

Troisième axe, last but not least, le candidat à l’élection présidentielle souhaite soutenir l’excellence sportive « à la française ». Au pays de Poulidor, l’éternel second, il serait peut-être bon de penser à la victoire ? Pour cela une seule solution pour le candidat Hollande : soutenir, encourager, favoriser et démocratiser le sport partout. Et petite cerise sur le gâteau des promesses, le candidat améliora s’il est élu les infrastructures afin d’accueillir une grande compétition dans les années à venir type Jeux olympiques ou Coupe du monde de football, rien que ça.

Mais quel financement ?

Aggravation de la dette publique oblige, François Hollande prévoit deux nouveaux impôts. C’est  le schéma habituel du programme socialiste à savoir prélever « quelque part » de la richesse pour la réinvestir dans un domaine jugé « prioritaire » aux yeux de son parti, ce afin de relancer consommation et croissance économique, qui iraient de pair selon lui. Le premier impôt serait créé par prélèvement sur les droits de retransmissions sportives à la télévision. Le second, plus audacieux, sur les paris sportifs en ligne, une niche attractive pour le viseur socialiste. D’une pierre deux coups, le candidat à l’élection présidentielle lutterait ainsi contre le « monde de la finance » et celui « de l’addiction ».

François Hollande est lancé dans une compétition à l’issue de laquelle il espère bien décrocher la médaille d’or. Une simple place sur le podium ne suffira pas.

Florian de Paola et Jordan Allouche (crédit photo : Stephan Harraudeau)

Tags:, , , , , , , , , ,

Un jour pas si éloigné, un professeur d'histoire m'a dit "la politique et l'Histoire, c'est qu'une question de pouvoir, de sexe et d'argent". Arguments convaincants qui m'ont rapidement transmis le virus.
A lire aussi :

Pas de commentaires encore.

Laissez une réponse