François Hollande en difficulté sur son flanc gauche ?

François Hollande a beau disposer d’un ministère du Redressement productif, force est de constater que sa cote de confiance continue sa courbe descendante. A en croire un sondage CSA conduit les 2 et 3 octobre, 55 % des Français répondent par la négative à la question « Faites-vous confiance ou pas à François Hollande pour affronter efficacement les principaux problèmes qui se posent au pays ? » contre 42% de réponses positives.

Lui faut-il positiver au regard du contexte social compliqué (hausses d’impôts et licenciements à Florange) auquel il doit faire face, augure de lendemains qui déchantent ?

Reprenons ce même sondage. En parallèle, les répondants ont estimé à 45% que « dans le contexte économique actuel, les objectifs de réduction rapide des déficits publics en France sont… « insuffisants », 30% les trouvant « … excessifs », et 20% « … comme il faut ». Ausi, en pourcentage des Français jugeant leur image plutôt positive, François Fillon reste à la première place des personnalités politiques avec 56% (+4 par rapport à septembre), suivi de Manuel Valls à 54% (+6), Alain Juppé à 52% (+4), Nicolas Sarkozy à 45% (+3) et Jean-Louis Borloo à 45% lui aussi (+5).

Le Parti socialiste évoque pour sa part une « stabilisation » de l’opinion, mais il semble bien que parmi ses sympathisants et ceux du Front de gauche, la déception continue : 6 points de moins chez les mélanchonistes, 5 points de moins chez les pro-PS. De manière générale, le Président voit le taux de confiance dont il dispose à gauche s’établir à 76% (-5 par rapport au mois dernier), son faible total depuis le scrutin de mai (90%). Avec depuis cette date moins 30 points dans l’électorat ouvrier (à 34%), moins 24 points parmi les soutiens de Mélanchon et moins 20 points parmi ceux proches des écologistes (ce qu’il en reste…), l’érosion du socle dit « social » est là.

Premier enseignement, la versatilité des Français en matière de choix électoral se voit une fois de plus confirmée, puisque la grogne gagne du terrain alors même que l’élection présidentielle n’est intervenue qu’il y a quelques mois. Depuis mai, François Hollande a vu les « mauvaises opinions » à son égard progresser de 19 points, tandis que les « bonnes opinions » perdaient 16 points.

Second enseignement : les Français ont la mémoire courte en matière de politique, mais pas au point d’oublier des promesses de campagne fortement engageantes. On peut objecter à juste titre le fait que cinq mois est un peu court pour juger de l’efficacité de réformes, mais le raccourcissement du temps politique, avec le passage du septennat au quinquennat, scandé également par les notions de « buzz » et « tweets » ne connaît plus la patience. Injuste sûrement, mais bien réel. Peut-être n’est-ce pas que la sensation d’un sentiment de déclassement que les électeurs de François Hollande déplorent, mais le sentiment diffus de la dissipation du sortilège printanier, s’estompant lentement au profit de la formule honnie de Jospin, « L’Etat ne peut pas tout ». Illustration ? Les 34% (-2) de bonnes opinions recueillis par Arnaud Montebourg, visiblement tenu comptable de l’inadéquation entre discours et perspective de résultats mesurables.

Jeremy Hureaux

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Passionné de la vie publique et ses méandres, coordinateur du site Politique.com Twitter : @politique

Une réponse à “François Hollande en difficulté sur son flanc gauche ?” Subscribe

  1. desiderata 8 octobre 2012 at 14 h 29 min #

    Confirmé par ce message : en octobre, la cote de confiance du chef de l’Etat chute de quatre points, celle de son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, de six.

    Le changement, c’est pour quand ? François Hollande mise sur le temps, demandant « à être jugé sur les résultats » à la fin de son quinquennat. Mais il se heurte de plein fouet à la montée des impatiences. Selon notre baromètre réalisé par OpinionWay, la cote de confiance du chef de l’Etat continue de chuter. Elle perd encore 4 points en octobre, à seulement 42% de jugements positifs. Signe particulièrement alarmant, François Hollande fait pour la première fois plus de mécontents (49%, + 9) que de satisfaits.

    Grogne à gauche

    Franchissement officiel de la barre des trois millions de chômeurs, fermeture définitive des hauts fourneaux de Florange, annonces de hausses d’impôts… Alors que les mauvaises nouvelles s’enchaînent, Jean-Marc Ayrault est lui aussi sanctionné. Malgré sa longue intervention sur France 2 fin septembre, l’action du Premier ministre n’est désormais saluée que par 40% des Français (- 6 ). Elle est critiquée par 45% d’entre eux (+ 12).

    Et c’est à gauche que la grogne se fait le plus fortement sentir. Alors que l’exécutif a connu il y a huit jours sa première manifestation d’ampleur contre le traité budgétaire européen et les politiques d’austérité, les sympathisants du Front de gauche, à la tête de cette contestation, ne sont plus que 44% à se dire satisfaits de l’action de Jean-Marc Ayrault. C’est quinze points de moins que le mois dernier ! Pour François Hollande, le désamour est presque aussi sensible chez les sympathisants écologistes. Ceux-ci jugent positivement le Président à 53%, contre 64% en septembre.

Laisser un commentaire