Le « front anti-mariage homo » de Jean-Marc Nesme

Comme chaque lundi, retrouvez la « crise » de BBP.

La Une de Libération de vendredi 13 janvier, évoquant le « Oui » possible de Nicolas Sarkozy au mariage homosexuel qui porterait le nom de « contrat d’union civile » soulève une nouvelle question publique soumise aux Français. Faut-il ou ou non (oserais-je dire « enfin » ?) autoriser le mariage gay ? La tribune signée par six secrétaires nationaux de l’UMP (dont David-Xavier Weiss et Sébastien Chenu) pour que le mariage homosexuel figure dans le programme de Nicolas Sarkozy l’atteste. Certains sondages montreraient que 63% des Français sont favorables à cette idée (74% chez les sympathisants « de gauche » et 51% chez les sympathisants « de droite ») sans oublier les « gay pride » qui attirent chaque année toujours un peu plus de monde. Témoin d’un tabou qui est sur le point de rompre ? Mais c’était sans compter sur la volonté d’un seul homme, irréductible Gaulois, qui se défend corps et âmes face à l’ « envahisseur » gay, j’ai nommé :  un député de l’UMP de Saône-et-Loire nommé Jean-Marc Nesme.

Ce lundi 16 janvier 2011 est à marquer d’une pierre blanche.  Jean-Marc Nesme a expliqué que quatre-vingt-deux parlementaires de droite (Nouveau Centre et UMP) venaient de rendre publique leur opposition au mariage et à l’adoption par des couples homosexuels.
En 2006, ce même Jean-Marc Nesme avait déjà lancé un « manifeste pour la défense du droit fondamental de l’enfant d’être accueilli et de s’épanouir dans une famille composée d’un père et d’une mère ».

Et aujourd’hui, aux côtés de Dominique de Legge (sénateur UMP), il a décidé de rouvrir une entente parlementaire afin de barrer davantage la route au mariage homosexuel, et si possible, de distiller des petites phrases « homophobes trash », façon Sarah Palin/Michelle Bachman dans le plus de médias possibles.

Voici entre autres perles ce que je considère comme une ineptie dans les explications de ces parlementaires d’un autre temps, qui « considèrent que l’État et le législateur n’ont pas à ériger en normes ce qui relève de la vie privée et des choix individuels et que, si la République protège la liberté individuelle, elle doit exclure toutes les formes de communautarisme ».

Une fois qu’on en est là, il n’existe que deux possibilités, se fatiguer à essayer de faire comprendre à ces « messieurs » que l’homosexualité n’est ni un choix ni un style de vie ou alors les laisser dans la plus plate des ignorances, liée sans doute à des convictions surannées.

Le plus formidable, c’est que parmi les signataires on retrouve notamment le président UMP de la Commission des Finances, Philippe Marini et des députés UMP du courant Droite populaire dont Christian Vanneste (l’auteur de cette saillie : « Je ne vois pas en quoi la représentation nationale doit s’intéresser à une aberration anthropologique »).

Alors, tant que j’y suis,  je voulais proposer des noms de parlementaires, ministres ou  simples élus qui pourraient se rapprocher de la fameuse « entente ». Citons en vrac :

  1. Monsieur François Baroin qui expliquait l’an dernier que « Dans mon entourage, j’ai des amis qui sont gays ; je n’en connais pas un qui veuille se marier »,
  2. Madame la députée du Tarn-et-Garonne Brigitte Barèges qui avait osé demander « Et pourquoi pas des unions avec des animaux? Ou la polygamie ? », Marine Le Pen avait d’ailleurs eu la même réaction sur France Inter (étonnant non ?),
  3. Monsieur Jacques Myard, qui, après avoir demandé la démission de Roselyne Bachelot, avait expliqué que « Dans cette affaire de mariage homosexuel, on est vraiment face à du prosélytisme catégoriel qui devient insupportable ». Puis quelques minutes après, il s’était empressé d’ajouter que tant qu’à faire il était « pour le mariage zoophile »,
  4. Le meilleur pour la fin : Monsieur Jacques-Alain Bénisti qui avait fait une déclaration fracassante sur LCP lors d’un débat sur la dépénalisation du cannabis, dont voici la teneur : «Après le mariage homosexuel, bientôt l’adoption, après l’autorisation du piratage et des vols de DVD, après la demande d’arrêt des contrôles de vitesse, après la dépénalisation de la prostitution, après la non-incarcération des délinquants mineurs, je dirais à la limite, à quand la dépénalisation du viol? Ou la légalisation du viol ?».

Vous savez désormais que les gays sont des aberrations anthropologiques, des violeurs, des zoophiles, des polygames, et de plus avec la volonté de convoler. Incroyable, sachant qu’avant 1981, ils étaient en sus de ces doux qualificatifs, considérés par la France de Papa comme des malades mentaux nécessitant des soins.

Baptiste Berard-Proust

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Autoproclamé "meilleur d'entre nous". Et si j'étais jaloux de M.Juppé ?

2 réponses à “Le « front anti-mariage homo » de Jean-Marc Nesme” Subscribe

  1. Jeremy Hureaux 18 janvier 2012 at 19 h 29 min #

    Sujet dans l’air du temps si j’en crois cette note toute fraîche du Cevipof, que je verse ici en complément d’information : http://www.cevipof.com/rtefiles/File/AtlasEl3/NoteKRAUS.pdf

  2. Aissa 24 février 2012 at 20 h 32 min #

    Appelons un chat un chat. Un noir, un negre, un black, un homme de couleur. Un gay, un homosexuel. Aimons nos differences et ne nous arretons pas aux mots. Surtout à ceux desquels on connait tres mal le sens premier.

Laisser un commentaire