Le grand retour de la Gauche plurielle ?

Le grand retour de la Gauche plurielle ?

Lors de son point presse hebdomadaire, Benoît Hamon a invité toutes les forces de gauche, en particulier Jean-Luc Mélenchon, à faire partie du gouvernement en cas de victoire. Il a plaidé pour la naissance d’une « gauche plurielle », nouvelle génération.

Si Benoit Hamon l’a dit c’est que c’est sûrement vrai. En marge d’une conférence de presse devant un parterre de journalistes, le porte-parole du Parti socialiste, a annoncé le GRAND RETOUR de la gauche plurielle. Parti socialiste, écologistes, Front de gauche, communistes … Benoit Hamon se prend à rêver d’une nouvelle gauche plurielle. Rappelons que cette alliance entre les partis de gauche avait composé le gouvernement de Lionel Jospin entre 1997 et 2002. C’est une belle chose pour la diversité politique et la démocratie à plus grande échelle. Mais n’oublions pas, n’oublions jamais, que c’est cette même gauche plurielle qui avait fait perdre Lionel Jospin. On n’y est pas encore.

Interrogé sur la possibilité d’accueillir des ministres du Front de gauche en cas de victoire de François Hollande, le porte-parole du PS a répondu par un grand « oui ». Mais cela ne s’arrête pas là : selon Benoit Hamon, il peut y avoir un gouvernement qui rassemble toutes les composantes de gauche, avec toutes les sensibilités représentées. En somme : en route vers un nouveau gouvernement de la gauche plurielle. C’est une possibilité … Les socialistes espère que c’est une probabilité. Si l’appel à l’union de la gauche est dangereuse, parce qu’elle remet en cause la notion même du « vote utile », elle est très stratégique. Nul n’ignore que Jean-Luc Mélenchon grimpe dans les sondages. Les socialistes, qui avaient vus en lui le parfait allié, commence à s’en méfier. Non, ils n’oublient pas non plus un certain Jean-Pierre Chevènement.

Stratégie politique ?

En faisant un appel du pied au Front de Gauche, François Hollande s’assure que toujours, et en toutes circonstances, le « camarade Mélenchon » sera derrière lui. Qu’on se le dise : peu de chance qu’il y ait une surprise au premier tour. Ce sera probablement Sarkozy versus Hollande. D’ou l’importance d’un soutien massif au second tour ! C’est là que tout se jouera.  Cette invitation politique embarrassera certainement Jean-Luc Mélenchon qui tente de se dissocier du Parti socialiste, répétant à qui veut l’entendre qu’il n’intégrera pas un tel gouvernement. Benoit Hamon a pourtant été extrêmement clair : Jean-Luc Mélenchon est un concurrent pour le premier tour, mais un partenaire demain pour diriger le pays à gauche. Est-ce vraiment pour préparer le gouvernement de demain ou bien l’élection d’aujourd’hui ? La question est posée, réponse le 6 mai prochain.

Jordan Allouche

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Autoproclamé "meilleur d'entre nous". Et si j'étais jaloux de M.Juppé ?

No comments yet.

Leave a Reply