Hénin-Beaumont, au coeur des affrontements

Un nouvel affrontement des deux extrêmes ? Le combat populiste qui oppose les deux formations politiques radicales, Front de Gauche et Rassemblement Bleu Marine (ex Front national) ne semble plus se terminer. Surtout que la candidature de Jean-Luc Mélenchon s’est confirmée dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, qui comprend Hénin-Beaumont. Une circonscription dans laquelle s’est déjà déclarée une candidate qui n’est autre que… Marine le Pen.

Ces deux là ne ne se quitteront décidemment jamais. Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon, qui avaient déjà violemment croisé le fer lors de la campagne présidentielle vont dans les prochaines semaines à nouveau s’affronter. Marine Le Pen, candidate sous la bannière du nouveau nom du Front national, le Rassemblement Bleu Marine, est repartie en campagne, dans le Pas-de-Calais dans le cadre des législatives de juin. Son meilleur ennemi, Jean-Luc Mélenchon ne l’entend pourtant pas de cette oreille, désireux de l’affronter sur « son » territoire. Ce qui constituerait un « beau symbole » selon lui : « Ça va être une bataille homérique en quelque sorte avec une symbolique extrêmement puissante puisque c’est le berceau du mouvement ouvrier français et que c’est en même temps l’endroit où Mme Le Pen, par bravade, a décidé d’aller s’installer car, elle, elle habite le château de Montretout, elle n’est pas du tout du Pas-de-Calais ! », a-t-il jugé.

La circonscription de Hénin-Beaumont a été retenue au détriment d’autres possibilités de parachutage telles que Paris, Marseille, Montpellier ou encore le Val-de-Marne. Mais pour Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste, Hénin-Beaumont était « une bonne idée ». Du côté de Marine Le Pen, on veut afficher une certaine assurance. Depuis qu’elle l’a appris, la conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais plaisante en disant que « ce n’est plus de la rage, c’est de l’amour ». Sur Europe 1, vendredi matin, elle a ironisé sur M. Mélenchon, « SCF, sans circonscription fixe ».

Un choix risqué pour Jean-Luc Mélenchon ?

Si les conseillers de Marine le Pen pensent qu’il ne s’agit que d’un « coup de com’ » de la part de celui qui serait déçu de son faible score à la présidentielle, ce choix, s’il est fait, constituerait un vrai risque pour Jean-Luc Mélenchon : celui de tout perdre. Depuis 2007, Hénin-Beaumont est le « laboratoire » du Front national version Marine Le Pen. Avec l’appui de Steeve Briois, qui travaille à l’implantation frontiste sur cette terre de gauche depuis des années, le FN veut croire en ses chances de remporter cette circonscription. Au niveau des chiffres, le risque se confirme : 31,42 %, c’est ce qu’a obtenu Marine le Pen lors du premier tour de la présidentielle sur cette circonscription alors que le candidat du Front de Gauche n’obtenait « que » 14,85 %. Seul point encourageant pour Mélenchon : au second tour, François Hollande est arrivé en tête avec 60,44 % des voix. Il y a donc dans cette circonscription une « dynamique de gauche ». Mais encore faut-il que le PS ne se place pas en trouble-fête. Et à ce petit jeu là, si les socialistes soutiendront le « candidat de la gauche le mieux placé », ils n’entendent pas pour autant retirer la candidature de leur candidat, Philippe Kemel.

Jordan Allouche

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Autoproclamé "meilleur d'entre nous". Et si j'étais jaloux de M.Juppé ?

Aucun commentaire actuellement

Laisser un commentaire