Législatives 2012 : au cœur du débat

(De gauche à droite : Sébastien Podevyn, Candidat PS et Guy Geoffroy, Député UMP sortant)

Dimanche 10 juin 2012 a eu lieu le premier tour des élections législatives. Dans la 9ème circonscription de Seine et Marne, deux candidats se sont qualifiés pour le second tour : Guy Geffroy, député UMP sortant, et Sébastien Podevyn, candidat PS. Politique.com a décidé de choisir cette circonscription comme laboratoire représentatif des idées et idéaux nationaux. Voici les réponses qu’ils ont apportées à nos questions, nous vous laissons juger par vous-mêmes les différences entre ces deux candidats :

Qu’est-ce qui a permis la victoire de François Hollande ?

Guy Geoffroy : « Plusieurs raisons se conjuguent : la première est l’état de la France et l’état du monde, la crise qui a frappé tous les gouvernements sortants en Europe. La crise a eu un impact fort sur la population : le mécontentement et la colère ont joué pour l’alternance. La deuxième raison de cette victoire est la prédominance d’un vote contre la personne de Sarkozy, même si je le déplore, caricaturé dans ce qu’il est et dans ce qu’il a fait. Ces attaques ont manqué d’objectivité et on n’a pas assez souligné les mesures positives de son quinquennat. Le phénomène anti-sarkozyste a beaucoup joué dans cette victoire ».

Sébastien Podevyn : « A mon sens, la victoire de François Hollande est issue d’une aspiration à rassembler la France autour d’un Président qui incarne le rôle défini par les institutions de la Vème République ainsi que d’un rejet partiel de la personnalité du précédent Président. Mais avant tout, la victoire de notre Président a été permise par la volonté des Français de voir d’autres solutions proposées pour surmonter les problématiques que notre pays doit surmonter ».

Cette victoire est la prédominance d’un vote contre la personne de Sarkozy qui a été caricaturé dans ce qu’il est et dans ce qu’il a fait (Guy Geoffroy, Député UMP sortant)

Que pensez-vous des premiers pas du Gouvernement Ayrault ?

Guy Geoffroy : « C’est un joli ballet. Un pas d’un côté, de l’autre, un pas en avant, un pas en arrière. C’est assez élégant mais c’est un peu aléatoire. Ce sont à la fois des signaux lancés à son électorat et un ballon d’essai. Il n’y a pas de réelle coordination dans les décisions qui sont prises. Les gens sont dans l’attente et c’est pour cela que les résultats du premier tour (des législatives) semblent vouloir donner sa chance au gouvernement élu mais ne sont pas une réelle victoire ».

Sébastien Podevyn : « Le gouvernement Ayrault a, jusqu’à ce jour, mis ses actes en cohérence avec ses discours. Les premières mesures prises, tout comme la méthode employée pour gouverner, nous montrent que le gouvernement ne souhaite pas décevoir les Français, et qu’il a conscience de leurs attentes ».

Le gouvernement Ayrault a mis ses actes en cohérence avec ses discours (Sébastien Podevyn, Candidat PS)

Quelles seraient, selon vous, les conséquences, positives ou négatives, d’une cohabitation ?

Guy Geoffroy : « Obtenir la cohabitation éviterait aux Français le programme de François Hollande et on continuerait ainsi une politique raisonnable, avec la nécessité de rétablir les comptes de l’Etat ou de donner du souffle aux entreprises. Cependant, une cohabitation serait gênante au plan des institutions. Il y aurait une paralysie de l’appareil de l’Etat et je n’y suis personnellement pas très favorable. Il faut néanmoins un maximum de députés de droite et du centre pour éviter l’irréparable ».

Sébastien Podevyn : « Une cohabitation n’est pas souhaitable. Elle n’a jamais été voulue par les rédacteurs de notre Constitution. Un Président élu, c’est avant tout un message envoyé par les électeurs quant à la direction à prendre. Il faut donc que cette direction puisse être respectée. C’est d’ailleurs le message qu’adressent les vainqueurs des élections présidentielles à chaque législative. Et c’est logique ».

Une cohabitation n’est pas souhaitable (Sébastien Podevyn, Candidat PS)

Vous êtes un candidat impliqué localement. Mais ce n’est pas le cas pour tous les candidats de France : que pensez-vous des « parachutés » ?

Guy Geoffroy : « Je suis par définition assez hostile à cette idée. C’est la traduction de la domination de la vie politique par les partis. L’ancrage local permet de montrer la capacité à faire valoir les idées d’un candidat qui connait les enjeux locaux et non seulement les stratégies d’un parti. Les parachutés sont des protégés, comme Lang dans les Vosges et Royal en Charente-Maritime. Mais on voit bien que les pratiques de ces candidats ne sont pas acceptées par leurs propres amis ».

Sébastien Podevyn : « Je suis effectivement un candidat impliqué localement, et même ancré dans ce territoire où je suis né, où j’ai grandi et où j’ai toujours exercé des responsabilités. Mais il existe certains territoires qui sont en demande de personnalités fortes pour conforter ou développer une position politique. Dans ce cas, le parachutage peut être utile, voire nécessaire. Par contre, le parachutage de candidat(e)s de tous bords politiques sur un territoire où des personnalités seraient en capacité de représenter efficacement la population est un non-sens. Et cette pratique est à combattre ».

L’ancrage local permet de montrer la capacité à faire valoir les idées d’un candidat qui connait les enjeux locaux et non seulement les stratégies d’un parti (Guy Geoffroy, Député UMP sortant)

Quelle sera votre priorité une fois élu ?

Guy Geoffroy : « Ma priorité est de tout faire avec mes collègues de la majorité pour mettre en œuvre des mesures répondant aux problèmes spécifiques à la circonscription. Si, cependant, je rentre dans l’opposition, le maitre mot sera la vigilance. Nous serons intraitable sur les fondamentaux. Nous lutterons contre un ensemble de mesure que le gouvernement voudra faire passer, comme le vote des étrangers, et on ne manquera pas d’attirer l’attention dès la première session du mois du juillet ».

Sébastien Podevyn : « Si je suis élu, mes priorités seront les transports, la santé, l’accès aux services publics, l’emploi et la sécurité. Pour une raison simple : ce sont les thèmes qui reviennent le plus dans la bouche des citoyens que je rencontre. Ma méthode : le contact. Je vais et j’irai au maximum à la rencontre directe des citoyens de la 9ème circonscription ».

Ma méthode : le contact (Sébastien Podevyn, Candidat PS)

Que pensez-vous de votre adversaire politique à ces législatives ?

Guy Geoffroy : « Je n’aime pas le terme d’adversaire. Il est un concurrent mais pas adversaire. On sait tous que c’est un acte difficile de s’affronter à un électorat et j’ai beaucoup de respect pour tous les candidats. Je n’ai pas de jugement à porter sur lui. Comme tous les militants de partis politique, il est l’honorable porteur des idées et des valeurs de son parti ».

Sébastien Podevyn : « Mon message est en direction des habitants de la 9ème circonscription, pour répondre à leurs préoccupations. Mes adversaires ne sont pas un sujet pour moi ».

C’est un acte difficile de s’affronter à un électorat et j’ai beaucoup de respect pour tous les candidats (Guy Geoffroy, Député UMP sortant)

CGD, Jordan Allouche (Crédit photo : CGD)

Pour information : Guy Geoffroy a été réélu Député de la 9ème circonscription de Seine et Marne avec 51,22% des voix

Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

Etudiant. Ne pratique pas la langue de bois, et n’aime pas qu’on la pratique. Passionné de politique, aime en étudier la face cachée. Sans concession et en toute objectivité.

Aucun commentaire actuellement

Laisser un commentaire