Corinne Lepage, candidate sans concession

C’est au cœur du VIIIème arrondissement que nous reçoit Corinne Lepage dans son cabinet d’avocats. Juriste, femme de combats et de convictions, elle se présente aujourd’hui à l’élection présidentielle sous l’étiquette de son parti, Cap21. Pour Politique.com, elle a accepté de répondre à nos questions, sans tabou. L’occasion pour elle de revenir sur sa carrière, ses convictions, mais aussi ses combats présents et futurs. Interview en toute sincérité.

 « Eva Joly ? Elle n’a aucune légitimité écologique ! »

Politique.com : Corinne Lepage, avec la candidature d’Eva Joly, vous êtes deux à porter l’étiquette écologiste ; alors que pensez-vous de sa candidature ? Pourquoi est-elle plus médiatisée que vous ? Cela vous énerve ?

Corinne Lepage : Oui, sa médiatisation m’agace considérablement. Je trouve ça parfaitement injuste, et je pense que c’est une candidature qui décrédibilise complètement l’écologie. Pour deux raisons : premièrement, ce n’est pas de la faute d’Eva Joly -qui est une femme totalement respectable-  sauf qu’elle n’a aucune légitimité écologique. Ce n’est parce que il y a 5.000 personnes d’EELV qui l’ont élue plutôt que Nicolas Hulot qu’elle a une légitimité dans le monde de l’environnement.

Ajoutez à cela une espèce d’outrance à l’extrême-gauche qui fait qu’il est en train de se passer ce qu’il se passe et pendant ce temps-là effectivement je n’ai pas eu du tout la parole ! Prenez Libé – alors pendant un moment j’ai cru que j’étais parano- et regardez : j’ai 1 minute 38 [NDLR : nombre total d'heures pour janvier 2012] ; Eva Joly a eu 13 minutes 15. Il ne faut peut-être pas exagérer. Comment voulez-vous que je puisse convaincre les Français, que je leur présente un programme cohérent si je ne peux jamais m’exprimer ?

Deuxièmement parce que l’accord EELV /PS décrédibilise complètement ce qu’est profondément l’écologie, c’est-à-dire un combat pour des convictions. Les gens qui sont dans le monde associatif, qui se battent contre des pollutions, des produits toxiques, qui combattent tous les jours pour essayer d’avoir un monde meilleur, tous ces gens-là sont totalement décrédibilisés par un accord qui accepte pour avoir 30 circonscriptions, c’est-à-dire des jobs, pour les députés et leurs affidés de sacrifier des convictions. C’est quelque chose qui est radicalement incompatible avec ce qu’est l’écologie ; Je ne dis pas qu’il ne faille pas passer un accord entre les Verts et le PS, mais à ce moment-là il ne fallait pas se présenter à la Présidentielle, il fallait dire « je soutiens Hollande » et pour le soutien Hollande je demande ça. Tout le monde aurait compris, pas de problèmes. Mais de dire « je soutiens Hollande mais je me présente », c’est décrédibilisant complétement.

Où  en êtes-vous au niveau des signatures ?

Je rame, autour de 400 mais je rame. D’ailleurs, j’ai déposé un recours en intervention devant le Conseil Constitutionnel sur la QPC dont il est saisi à la demande du Conseil d’Etat sur la question de l’anonymat des parrainages. Je dénonce un système anti-démocratique.

Corinne Lepage répond aux questions de Politique.com (crédits photo : Max Le Liard)

Si je vous comprends bien, nous ne serions plus en démocratie … ?

Absolument pas. Le système est démocratique sur le papier – encore que – mais il ne l’est pas dans la réalité ni en ce qui concerne les parrainages, ni en ce qui concerne la médiatisation qui est franchement un scandale.

Pour parler de votre programme, hier sur TF1 vous aviez dit vouloir sortir du nucléaire, pouvez-vous nous expliquer comment on fait ?

D’abord, j’aimerais rappeler que le nucléaire nous donne une apparence d’indépendance énergétique, dans la mesure où nos centrales fonctionnent avec de l’uranium, et que nous n’avons pas d’uranium sur notre territoire. Nous sommes donc dépendants de notre matière première. Pour moi, la sortie du nucléaire n’est pas seulement une affaire de sécurité même si je suis inquiète de l’absence totale d’EDF pendant 10 ans sur les centrales françaises et du recours systématique  à la sous-traitance. Mais si je suis inquiète : alors que la Cour des comptes évalue à 70 milliards d’euros le cout d’un accident nucléaire en France, il n’y a pas un centime d’assurance prévue, sauf 80 millions pour EDF. Mais l’essentiel pour moi n’est pas là :la France se suicide sur le plan économique parce qu’elle est en train de passer à côté de la troisième révolution industrielle. C’est pour cela qu’il est impératif de sortir progressivement du nucléaire, c’est-à-dire d’investir massivement sur les industries de la troisième révolution industrielle, tout ce qui concerne la sobriété et l’efficacité énergétique (bâtiment, transport), et tout ce qui concerne les énergies renouvelables et les réseaux intelligents qui vont avec.

Tout ça se fera en combien de temps ? 

Je pense qu’il faudra 30 ans. Je ne suis donc pas du tout sur un système dans lequel on sort du nucléaire demain matin. On a besoin du nucléaire comme transition. En revanche, là où je suis tout à fait opposée, c’est à la construction de nouvelles centrales. Parce que construire de nouvelles centrales veut dire continuer jusqu’à la fin du XXIème siècle. Je suis radicalement opposée à de nouvelles centrales, en revanche tout à fait favorable  à ce que nous investissions sur la sureté des centrales existantes de manière à gérer la période intermédiaire.

Vous proposez des mesures sur 30 ans, ne pensez-vous pas que ce soit un peu trop innovant justement ? Est-ce pour cela que vous êtes créditée de moins de 1% d’intentions de vote?

Je suis créditée de moins de 1% parce qu’on ne m’entend pas ! Hier soir, je suis invitée sur TF1, je fais 1 million de votes en plus que le duo Sarkozy/Merkel, ça veut quand même dire que les Français m’ont écoutés. Les sondages sont à deux points près, quand je suis à 1 je peux être à 3, et deuxièmement j’ai toujours été largement sous-estimée. Effectivement, la critique qui m’est adressée c’est : « vous êtes dans le très long terme ». Et je réponds « faux », je suis dans la création immédiate d’emplois. Parce que ce que je propose permet, comme l’a fait l’Allemagne, comme l’a fait l’Espagne, comme le font les pays du Nord, de créer immédiatement des emplois dans toutes ces nouvelles filières.

Je le fais comment ? En favorisant les start-ups, en favorisant l’innovation, en mettant en place des mécanismes nouveaux de fléchage de l’épargne des ménages, en créant des fonds dédiés aux énergies renouvelables. Ca ce n’est pas pour dans 15 ans, c’est pour maintenant. Par contre, ce qu’il faut c’est gérer ça dans le temps ; donc offrir une visibilité et une pérennité aux investissements dont le taux de retour sur investissement peut être de 10 ou 15 ans, donc en disant 30 ans, je vois large, je ne dis pas qu’on va fixer aujourd’hui ce qu’on va faire dans 30 ans, je dis qu’on va se donner un fond, qui va être bloqué pendant 30 ans, et dont la vocation unique sera d’assurer la transition énergétique. Ce n’est pas des investissements pour dans trente ans.

Ce matin, Hollande se prononçait pour la suppression de la Cour de Justice de la République. Une réaction ?

Je suis d’accord. Je pense que les politiques doivent être justiciables ; il faut un sas, quand vous êtes en responsabilité vous ne pouvez pas être empoisonnés tous les matins par un fou qui va déposer une plainte contre vous et être convoqué chez le juge d’instruction ; ce n’est pas possible. Donc il faut un sas, c’est à dire qu’on ne puisse pas mettre en cause la responsabilité pénale du Président de la République ou d’un ministre que dans des conditions qui ont été préalablement examinées de manière extrêmement sereines. Mais à partir du moment où une infraction a été constituée, c’est le droit commun qui doit s’appliquer.

Que vous inspire les propos de Claude Guéant de la semaine dernière, « toutes les civilisations ne se valent pas ? »

Je l’ai vu immédiatement sur Twitter ; le mot de civilisation est évidemment totalement impropre. En revanche, je suis une féministe convaincue, et  je suis tout à fait persuadée que la place de la femme dans la société est la mesure de la liberté démocratique de ces sociétés. A partir du moment où on considère que c’est un objectif que d’aller vers des sociétés démocratiques d’égalité, on ne peut pas dire qu’on trouve égal une société dans laquelle les femmes n’ont pas le droit de conduire et d’apprendre. Mais ce n’est pas une affaire de civilisation, c’est une affaire de politique et une affaire de société ; il ne faut pas confondre les genres.

Selon vous, l’UMP flirte avec le Front national ?

C’est tout à fait clair, mais ça ne date pas d’hier.

Pour vous, la campagne se fera sur internet ? Vous twittez vous-même ?

Oui, je twitte moi-même, et je vais sur Facebook assez régulièrement, même si j’ai un emploi du temps très chargé. Cap21 a très peu d’argent donc oui, on utilise beaucoup les outils internet.

Pierre Dumazeau

(crédits photo : Max Le Liard)

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Autoproclamé "meilleur d'entre nous". Et si j'étais jaloux de M.Juppé ?
A lire aussi :

4 réponses à “Corinne Lepage, candidate sans concession” Subscribe

  1. vert chez moi 8 février 2012 à 13 h 53 min #

    Quelle est la légitimité de Corinne Lepage ?
    Pourquoi aligner les mensonges (que je vais corriger de ce pas…)

    – Ce ne sont pas 5000 EELV qui ont voté pour Eva Joly mais + de 12000

    Et elle à part s’être autoproclamé candidate ? c quoi la légitimité ?

    – Sans être méprisant vis à vis de Cap21 je rappele que EELV c certains % (déjà avec Les Verts puis depuis 2009)
    Cap21 c quoi ? c cb d’adhérents ?
    Bref il ne suffit pas d’avoir été ministre et de monter son « petit parti » il faut aussi acquérir pas à pas une légitimité…
    EELV (comme sa candidate) l’a !
    le parti de Corinne Lepage reste groupusculaire…

    – Elle ne comprend visiblement pas la différence entre élections présidentielles et législatives
    Il est vrai qu’elle avait procédé autrement en 2007 vis à vis d’un Modem qu’elle a par la suite laché…

    Sur le reste…
    Cap21 a un projet relativement proche de EELV (que Corinne préfère gratuitement qualifier d’extreme gauche)
    on voit malheureusement que l’aventure personnel semble plus importante…
    Dommage mais pas étonné

    Certains adhérents CAP21 ont déjà fait d’autres choix depuis quelques années en rejoignant EELV considérant Corinne « trop personnel » dans « ses aventures »

  2. Jeremy Hureaux 9 février 2012 à 3 h 00 min #

    Des arguments dignes d’intérêt également, merci du retour… Si ma mémoire est bonne, le Parti vert (généralité) dispose d’une longue tradition de « querelles de chapelle » ce qui l’a à mon sens empêché de présenter un véritable visage uni et « présidentiable » un jour aux électeurs.

    Après, peut se poser la question d’adopter comme affichage politique pour un parti donné le seul aspect « écologie ». Bien que noble sur le principe (rares sont ceux qui voteraient pour un « Parti de la pollution »), le positionnement retenu par un citoyen lambda est réducteur : il existe tant de choses essentielles à côté.

    Finalement, l’avenir de l’écologie n’est-il pas d’en sortir et se trouver infusé au sein de « grands partis ». Pas de certitudes mais de fortes présomptions ?

  3. Augusto 10 février 2012 à 20 h 32 min #

    Je suis entièrement d’accord avec elle:
    Eva Joly est une femme totalement respectable
    – sauf qu’elle n’a aucune légitimité écologique –

    De plus (puisque je n’ai pas de devoir de réserve…) je peux ajouter que les alliances à la c… qui n’ont aucun autre objectif que de récupérer quelques places bien payés et prennent par la même occasion leurs adhérents pour des pigeons.

    Alors moi, c’est simple, puis qu’ils me prennent pour un pigeon, d’accord je veux bien mais voyageur, alors, comme dit le chanson:

    Voyage, voyage…

    Vers d’autres horizons avec moins de pollution verbale, Comme par exemple celui de Corinne LEPAGE…

  4. de Beaulieu 26 février 2012 à 12 h 37 min #

    Corinne Lepage a +++ d’expériences politiques qu’ Éva Joly qui pour un poste de cette nature, réclame pas uniquement à présenter un programme,mais aussi des sentiments humanistes et du charisme qu’Éva Joly ne semble pas offrir…Son attitude « psychorigide » n’invite pas malgré son concours dans l’affaire E.L.F. et un programme tout à fait recevable à pouvoir accéder en l’espèce, au poste suprème…!!

Laissez une réponse