Laurent Wauquiez, et s’il était de gauche ?

Laurent Wauquiez sur le plateau d' Laurent Wauquiez sur le plateau d' "on est pas couché"

Et si c’était lui le « Eric Besson » de l’UMP ?  Sans aller jusqu’aux noms d’oiseaux qu’avait eu le droit l’actuel ministre chargé de l’Industrie après avoir rejoint les rangs du parti majoritaire, Laurent Wauquiez pourrait bien lui aussi « trahir » son camp et aller voire du côté des socialistes.

Pourquoi ? La raison est simple. Samedi dernier, sur le plateau de « On est pas couché » le ministre a réussi à séduire l’assemblée avec ses propositions sociales. Tous les intervenants se sont accordés à dire qu’ils approuvaient ses propositions. Pas une mince affaire quand on sait que Laurent Ruquier est un sympathisant socialiste de longue date et qu’Audrey Pulvar n’est autre que la compagne… d’Arnaud Montebourg, candidat déçu, doit-on le rappeler, des Primaires socialistes.  Et ce soir là, c’est Audrey Pulvar, justement,  qui dégaine la première : « Est-ce que vous êtes le Eric Besson de l’UMP ? Est-ce que vous allez passer à gauche ? ». Et c’est justifiable !


« On n’est pas couché » – Emission de samedi dernier

Dans son dernier ouvrage, « La lutte des classes », (qui n’est pas sans rappeler un économiste, Karl Marx)  le ministre de la recherche supérieure n’hésite pas à multiplier les propositions politiques purement sociales. Toujours dans l’émission de Laurent Ruquier, Audrey Pulvar, encore, a relevé que dans son livre, Laurent Wauquiez reconnait qu’il est contre la TVA sociale, ajoutant même que la TVA est par nature « un impôt injuste ».Or, nul n’ignore que la gauche a toujours dénoncé le caractère injuste de cet impôt non-redistributif et payé à parts égales par les différentes classes sociales. Autre exemple,  il défend la facilitation de l’obtention du permis de conduire pour les jeunes. Le ministre souhaiterait ainsi que les étudiants consacrent leurs deux mois d’été à s’investir dans une action humanitaire de proximité, en échange de quoi ils verraient leur permis de conduire entièrement financé. Une idée déjà expérimentée en Côte-d’or par… le PS.

Des signes qui ne trompent pas

Plus significatif encore, Laurent Wauquiez a reconnu que le que le bouclier fiscal avait été une erreur. C’est pourtant l’une des mesures phare du premier quinquennat de Nicolas Sarkozy. Un signe qui ne trompe pas. Il rejoint là encore, idéologiquement seulement,  l’analyse de l’oppostion, qui s’est toujours indignée de cette mesure en faveur des plus riches. En témoigne ce communiqué datant de juillet 2010 dans lequel Benoit Hamon, à l’époque porte-parole du PS, dénonce « l’injustice et l’absurdité » du bouclier fiscal.

« Traître ou pas traître », Laurent Wauquiez aura au moins le mérite d’apporter une pointe sociale sur le tableau de l’UMP. Est-ce que cela fait de lui pour autant le futur Judas de la Sarkozie ? Ce n’est pas encore dit.

Jordan Allouche

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Autoproclamé "meilleur d'entre nous". Et si j'étais jaloux de M.Juppé ?

Aucun commentaire actuellement

Laisser un commentaire