Le meeting festif de François Hollande à Vincennes

Dans le duel des meetings géants en plein air qui oppose les deux favoris des sondages ce dimanche 15 avril, François Hollande voulait se démarquer en organisant un rassemblement qui se voulait plus « festif que politique ». Une recette qui a fait mouche auprès des militants avec qui nous avons suivi le meeting.

Sous une météo indécise, à 12h30, l’esplanade du château de Vincennes se remplit peu à peu. Des dizaines de buvettes ont été installées, se mélangeant aux fanfares populaires qui animent ce début d’après-midi. Les adeptes de merguez et autres hot-dog devront braver une file d’attente imposante avant d’être servi. Mais l’ambiance est bon enfant : « Je suis venu en avance pour passer un bon moment avec les militants et les sympathisants » explique Jérôme, 32 ans et déjà deux votes à gauche au compteur. « A une semaine du premier tour, ce meeting ressemble à un vrai test : j’imagine qu’au moins 100.000 personnes vont venir, mais si on ne remplit pas le parvis du château de Vincennes, on saura qu’il sera difficile de gagner le 6 mai prochain » juge t-il, craignant aussi de constater aujourd’hui la déferlante Mélenchon dans les rangs de la gauche.

Sur scène, Aurélie Filippetti, députée de Moselle et Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole de François Hollande comblent l’attente en usant d’humour et en remerciant les célébrités, élus et militants qui soutiennent le candidat socialiste. Les deux étoiles montantes du Parti socialiste lancent même une ola avant d’introduire le groupe antillais Kassav’. Les quelques 100.000 à 120.000 personnes présentes (selon le PS) se permettent quelques pas de danse. « Un moment vraiment sympa ! » pour Karine. Et quand un drapeau tricolore survole la foule, on se presse pour participer à la transmission du drapeau jusqu’au bout de la place. Les jeunes socialistes font une chenille et s’amusent, tout le monde sourit en attendant l’arrivée de François Hollande. « Avec quelques degrés de plus, cela aurait été parfait ! » lance un militant qui semble déçu de voir le concert se terminer pour laisser le pupitre à Bertrand Delanoë, le maire de Paris.

« Voter utile, dès le premier tour »

Le très populaire Bertrand Delanöé, au cours d’une courte intervention, appelle les électeurs au « rassemblement, pour la justice, autour de François Hollande, qui a un projet sérieux et crédible de redressement de la France« . En louant « la ténacité » du candidat socialiste et en jurant que François Hollande « a mis son ambition au service de la France« , Bertrand Delanoë, acclamé par la foule, appelle au « vote utile, dès le premier tour« . Une allocution qui conforte Jérôme dans son idée : « Il faut absolument voter pour le PS dès le premier tour ! L’enjeu est trop important, et ce sont aux élections législatives que l’on peut voter pour un parti qui nous représenta à l’Assemblée« .

Un film diffusé sur les écrans géants résume le parcours de François Hollande. L’arrivée du candidat socialiste se fait en grande trombe, les drapeaux flottant par centaines entre les « François, président, François, président ! » lancés par la foule. Pendant la première partie de son discours, François Hollande constate une volonté de changement parmi les Français. « J’entends la clameur, je mesure la ferveur, j’imagine demain le bonheur qui pourrait être le nôtre si nous parvenons à la victoire le 6 mai » lance t-il.

S’estimant « prêt » à gouverner, François Hollande cite même François Mitterrand : « Candidat des socialistes, je suis aussi le seul candidat de la gauche à pouvoir l’emporter » ; prévenant tout de même ses troupes contre « l’anesthésiante euphorie qui voudrait que nous ayons déjà gagné« . Avec une voix éreintée désormais connue de tous, le candidat socialiste propose de « fixer une nouvelle frontière pour une nouvelle France« . Jérôme, toujours très motivé, reprend chaque phrase marquante de François Hollande avec coeur.

Mais les annonces seront presque toutes absentes du discours de François Hollande. Il n’est pas venu sur le parvis du Château de Vincennes pour cela, comme il l’a confié quelques minutes après son bain de foule sur l’antenne de BFM TV : « J’ai fait un appel ici à Paris pour que les Français viennent voter pour le changement, ne se dispersent pas et donnent dès le premier tour le sens de ce que nous voulons faire au second« . Une déclaration qui va exactement dans le même sens que la réflexion qui a amené Jérôme à se déplacer ce dimanche après-midi. « Je serais bien resté sous la couette aujourd’hui, mais l’échéance est beaucoup trop importante !« 

Florian de Paola

Tags:, , , , , , , , , , , , , ,

Un jour pas si éloigné, un professeur d'histoire m'a dit "la politique et l'Histoire, c'est qu'une question de pouvoir, de sexe et d'argent". Arguments convaincants qui m'ont rapidement transmis le virus.
A lire aussi :

Une réponse à “Le meeting festif de François Hollande à Vincennes” Subscribe

  1. Jeremy Hureaux 17 avril 2012 à 1 h 32 min #

    Une bataille serrée/ rangée pour savoir qui a la plus longue, entre Concorde et Vincennes. On en revient toujours là.

    Très bon compte-rendu Florian, well done :)

Laissez une réponse