NKM ne prend plus le métro

Et si les hommes politiques étaient déconnectés de la vie de tous les jours ? Répondant à une question de Nicolas Poincaré qui pouvait être considérée comme « basique » par l’ensemble des Franciliens, Nathalie Kosciusko-Morizet s’est ratée. « Combien coûte un ticket de métro ? ».  Réponse de la porte-parole du candidat Nicolas Sarkozy : « quatre euros et quelques… ». Dommage.

C’est une sortie médiatique pour le moins délicate …. Mais au delà de la simple erreur, elle soulève un constat plus inquiétant : les politiciens ne seraient plus connectés au quotidien du Français « lambda ». Comment dans ces conditions peuvent-ils nous gouverner ? Un ticket de métro c’est 1,70 euros (à Paris). Pour la porte-parole du « candidat du peuple », cela fait mauvais genre. L’ancienne ministre s’est expliquée sur sa bourde en fin d’émission expliquant qu’à son poste, elle ne prenait pas souvent le métro et que, quand on est ministre, ce transport est gratuit. « Mea culpa » avait-elle lancé en fin d’émission.  Que NKM se rassure, elle n’est pas la seule.

En 2010 aussi, Jean-Paul Huchon s’était lourdement trompé sur le prix d’un carnet de ticket de métro attirant sur lui les foudres du parti majoritaire. L’UMP sera-t-elle cette fois-ci aussi intransigeante avec la porte-parole de son candidat ? Rien n’est moins sûr. Interrogé sur France Info, le président de région qui briguait alors un deuxième mandat (obtenu face à Valérie Pecresse), Jean-Paul Huchon avait placé le prix d’un carnet de tickets à hauteur de 15 euros. Raté, c’était 11,60 euros.  On continue ? Dans une interview à 20 minutes, Chantal Jouanno avait affirmé qu’il fallait « automatiser les lignes 1, 4 et 14 ». Problème : la ligne 14 de métro était automatisée depuis son ouverture en 1998 et qu’il était déjà prévu que la ligne 1 le soit d’ici à 2012 (grâce à un programme engagé depuis 2005).

Les erreurs autour du métro parisien ne sont que des exemples.  Stoppons là ce constat lapidaire. La vraie interrogation est la suivante : comment un politicien peut-il gouverner et prendre les bonnes décisions s’il se place au dessus du « peuple »  (comprenez : déconnecté par rapport à lui) qu’il défend pourtant ? Voitures diplomatiques, chauffeurs, transports gratuits, appartements de fonctions et autres repas aux frais de l’Etat. Les privilèges qui leur sont accordés sont nombreux et variés. Il est vrai qu’occuper les plus hautes fonctions de la société française doit permettre l’accession à quelques droits privilégiés. Postes à hautes responsabilités, faveurs accordées. Mais quand même. Il y a certaines limites à ne pas dépasser, en premier lieu quand il s’agit du cœur même de notre société : le quotidien.

Sur Twitter en tout cas, les internautes s’en sont donné à coeur joie, avec des commentaires moqueurs tels que : « j’ai cru qu’on me demandait le prix du ticket dans l’hypothèse où tout le monde habite Longjumeau » ; « J‘ai cru qu’on me demandait le prix ticket de métro+croissant acheté chez Paul gare Montparnasse » ;  » NKM et son ticket de métro à 4 euros ça rappelle furieusement : ils n’ont plus de pain ? Qu’on leur donne de la brioche ! » ou le très cinglant « Non NKM ne s’est pas vautrée sur le prix du ticket de métro : elle a simplement cru qu’on lui parlait d’épilation » !

Les tweets sont à l’image d’internautes, de citoyens, qui ne comprendraient plus ces personnalités qui nous gouvernent. Et si c’était cela qu’on appelle le syndrome de la « France bling-bling » qui depuis 5 ans contaminerait tous nos politiciens ? Simple supposition …. A bon entendeur.

L’interview de NKM en question au micro d’Europe 1

Jordan Allouche

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Autoproclamé "meilleur d'entre nous". Et si j'étais jaloux de M.Juppé ?

Aucun commentaire actuellement

Laisser un commentaire