La campagne officielle, c’est aujourd’hui. Les règles

Si les politiques n’ont pas attendu ce lundi de Pâques pour jongler entre meetings, tractations et autres discours publics, la campagne officielle, elle, vient de débuter.  Elle prendra fin le samedi 21 à minuit et se voit soumise à des contraintes strictes. Eclairage.

Les candidats le savent et ne s’en priveront pas : ils peuvent dès aujourd’hui envoyer aux électeurs une déclaration sur un feuillet double, d’un grammage compris entre 60 et 80 grammes au mètre carré et d’un format de 210 x 297 millimètres. La déclaration doit être uniforme pour l’ensemble du territoire et l’utilisation d’emblèmes nationaux est proscrite. Nicolas Sarkozy et François Hollande, le premier avec une lettre adressée au « Peuple français » et le second avec son livre-programme ont déjà prévu d’utiliser ce procédé de campagne si classique.

Côté audiovisuel, les règles sont tout aussi strictes. Les spots de campagne des candidats à l’élection présidentielle seront diffusés sur les radios et chaînes publiques à partir d’aujourd’hui dans un cadre bien précis :  chaque candidat a droit à 43 minutes entre le 9 et le 20 avril, soit dix spots de petit format (une minute et trente secondes) et huit de grand format (trois minutes et trente secondes). Le CSA veille au grain.

Les premiers spots de campagne, version courte

Concernant les affiches de campagne, les panneaux mis en place par les mairies peuvent désormais être recouverts par des affiches électorales. Chaque candidat a droit, pour chaque tour de scrutin, à deux affiches par emplacement. L’une, d’un format maximum de 594 x 841 mm, permet aux candidats d’exposer leurs programmes. L’autre, plus petite (297×420 mm) permet d’annoncer les réunions électorales ainsi que la date et l’heure des émissions qui sont réservées au candidat à la radio et à la télévision. Idem que pour les tracts, ces affiches doivent être uniformes pour l’ensemble du territoire. Dans les deux cas sont interdites les affiches imprimées sur papier blanc (réservé à l’administration), ou comprenant une combinaison de couleurs bleu, blanc, rouge, à l’exception de la reproduction de l’emblème d’un parti ou groupement politique. Sachez également que l’affichage électoral est interdit en dehors des emplacements spéciaux. Pas de quoi décourager certains pourtant…

Par ailleurs, depuis le 1er octobre, est interdite toute campagne de promotion d’une collectivité concernée par le scrutin. L’utilisation à des fins de propagande électorale de publicité commerciale par voie de presse ou tout moyen de communication audiovisuelle est également interdite. Toutefois, les candidats peuvent recourir à la publicité par voie de presse pour solliciter les dons.

Aucun numéro d’appel téléphonique gratuit ne peut être porté à la connaissance du public par un candidat ou à son profit.

Il est aussi interdit, à partir de la veille du scrutin à zéro heure, soit le samedi 21 avril, de distribuer tout document électoral, de procéder à l’appel téléphonique en série des électeurs, de diffuser un élément nouveau de polémique électorale.

Enfin, aucun résultat d’élection, partiel ou définitif, ne peut être annoncé avant la fermeture du dernier bureau de vote, c’est-à-dire le dimanche 22 avril à 20h00. De même est interdite la diffusion de tout sondage d’opinion la veille de chaque tour et le jour du scrutin. Sa divulgation est punie d’une amende de 75 000 euros. Amis utilisateurs de Twitter, prenez garde.

Jordan Allouche

Tags:, , , , , , , , , , , ,

Autoproclamé "meilleur d'entre nous". Et si j'étais jaloux de M.Juppé ?
A lire aussi :

Pas de commentaires encore.

Laissez une réponse